Grâce aux gars de Techland, nous avons réussi à mettre la main sur leur nouveau travail, Dying Light: Bad Blood. Dans cet article, nous allons essayer de vous dire le meilleur de notre expérience. Commençons.

PARAMÈTRES TECHNIQUES ET GAMEPLAY

Commençons par le secteur technique. Les gars de Techland ont gardé leurs attentes, fournissant un produit (pas encore définitif) sans trop de bavure et largement agréable. Les bugs trouvés ne sont pas excessifs ou extrêmement graves, tout fixable avec les mises à jour dans le pipeline qui, au moins montré jusqu'à présent, ne sont certainement pas défaut. Les graphismes rappellent beaucoup le premier titre avec quelques améliorations dans les détails et les effets de lumière; rien à voir avec le potentiel de l'agriculture moderne, mais dans les jeux comme celui-ci est certainement pas les graphiques l'épine dorsale du projet.
En ce qui concerne le gameplay, Dying Light: Bad Blood est un Battle Royale FPP (First Person Perspective). Au début du jeu, nous sommes catapultés au hasard sur un point de la carte, en commençant notre recherche d'armes et d'équipements. Notre objectif est d'atteindre le LIV. 5 avant les onze autres joueurs, objectif qui nous permet d'évacuer dès que l'avion arrive sur la carte. Pour monter au niveau supérieur, nous devons collecter des échantillons de sang des ruches zombies situées autour de la carte. Plus les ruches sont grandes, plus les ennemis sont puissants et plus nous avons d'échantillons de sang quand ils sont nettoyés. Alternativement, nous pouvons faire en sorte que quelqu'un d'autre fasse le sale boulot et le tue pour prélever les échantillons qu'ils ont recueillis. Soyez prudent cependant: la mise à niveau augmente la vie des joueurs et les dégâts qu'ils infligent. Se retrouver devant un joueur avec plus de deux niveaux de différence pourrait devenir assez dangereux.
Une autre façon d’avoir un avantage sur vos adversaires est de vous débarrasser de la chute d’air autour de la carte: Ce sont les seuls qui garantissent de mettre la main sur les quelques armes à feu dans le jeu.
Actuellement, il y a deux manières: le mode décontracté, ce qui nous permet de créer des jeux "personnalisés" en recevant moins de xp, e le mode normal, où nous jouons des matchs non évalués avec un gain de points XP normal. Un mode classé est prévu, classé clair, pas encore implémenté.
À la fin de chaque match, en plus de l'expérience, nous gagnons des "cicatrices", l'une des deux devises impliquées. L'expérience fait monter notre personnage, ce qui nous permet de débloquer des coffres et des récompenses. Les cicatrices nous permettent plutôt d'acheter des cosmétiques et des personnalisations. Les "Blood Bucks", cependant, sont la monnaie premium qui nous permet d’accéder à un contenu et à un habillage encore plus exclusifs.

Lumière mourante: mauvais sang

Lumière mourante: mauvais sang

SUPPLEMENTS

Beaucoup de ces fonctionnalités pourraient (et devraient avoir) être incluses dans le paragraphe "gameplay". Au lieu de cela, j'ai décidé de les décrire dans un paragraphe dédié pour souligner leur particularité. Tout d'abord, dans le jeu il y a (presque) SEULEMENT des armes de mêlée. Nous devons donc nous rendre à l'arme blanche et maîtriser le timing des combats de mêlée, en particulier en PVP. Le PVP, cependant, n'est pas essentiel pour remporter la victoire finale: vous pouvez éventuellement vous consacrer uniquement à la recherche de ruches, les nettoyer et obtenir vos échantillons de sang. La non-nécessité du PVP est peut-être la grande nouvelle de Dying Light: Bad Blood. De plus, à ne pas négliger la capacité de jongler dans le parkour pour obtenir des avantages stratégiques à la fois en vol et en attaque.

Lumière mourante: mauvais sang

CONSIDERATIONS ET CONCLUSIONS

Dying Light: Bad Blood est tout simplement ... brutal! Ce n'est pas un hasard si le hashtag choisi par Techland n'est que #BRUTALROYALE, exploitant un jeu de mots agréable. Le (presque) le manque d'armes à feu rend le jeu extrêmement rapide et en même temps déforme ce sont les stratégies « traditionnelles » pour la bataille royale et First Person Shooter en général. La montée d'adrénaline doit s'accompagner d'une attention non indifférente; L'absence de coups rend l'environnement très silencieux, ce qui nous permet de baisser facilement l'état d'alerte. Ne le fais jamais. Dans Dying Light: Bad Blood, vous n'êtes jamais en sécurité. Le silence ne signifie plus être à l'abri.
Comme déjà mentionné ci-dessus, l'autre nouveauté est certainement la chance de gagner sans avoir à affronter qui que ce soit. Une fois arrivé, l’avion d’évacuation attend environ 2 minutes avant d’emmener le vainqueur. Pour grimper, cependant, il ne suffit pas d'être en vie: vous devez également avoir atteint le LIV. 5. Nous nous attendons logiquement à une embuscade, mais nous pouvons simplement nous enfuir et attendre la fin du compte à rebours pour remporter la victoire. Plus généralement, l'implémentation (efficace) de la dynamique PVE dans un mode PVP par excellence est certainement une très bonne idée.
Le mode personnalisé, présent et accessible à tous (contrairement à de nombreux titres similaires), vous permet de vous entraîner seul connaître la carte et ses ruches du premier au dernier centimètre.
La carte (pour l'instant un seul) et le positionnement standard des ruches ne sont que l'un des points critiques de ce titre, qui est susceptible de devenir le allumettes trop "mécaniques" ou répétitives. Un autre oeil important devrait être mis sur frai initial, dans certains cas encore extrêmement déséquilibré, ce qui Actuellement, cela permet à la fortune de jouer un rôle trop important. Les armes, nombreuses et chacune avec ses caractéristiques, devraient être examinées pour assurer un DPS plus équilibré. L'arme avec laquelle j'étais mieux en fait le faux pas (seulement) pour des raisons idéologiques, mais parce que celui qui a la meilleure valeur pour les photos prises / dommages. Les plus lourds, à ce moment, ne méritent même pas d'être pris en considération sinon pour les zombies plus forts. En ce qui concerne les armes à feu, je ne veux demander qu’une chose aux gars de Techland: assurez-vous de pouvoir supprimer ce "presque" entre "il y aura" et "seulement les armes de mêlée". Si vous décidez d'être courageux, vous pourriez tout aussi bien aller jusqu'au bout.

En conclusion, Dying Light: Bad Blood est certainement un titre qui peut apporter un souffle de fraîcheur à ce type de contenu, souvent médiocre. C'est précisément pour cette raison que j'ai commencé à "faire preuve de partialité", à changer éventuellement d'avis: Lumière mourante: Bad Blood a du sens. Il a une raison d'exister; il a plus d'une raison de pouvoir dire le sien et de le faire avec originalité et beaucoup, beaucoup de sang. De zombies et pas.
Nous sommes curieux de voir si et comment Techland agira pour rendre ce potentiel encore plus attrayant.

Nous vous rappelons que Dying Light: Bad Blood est actuellement en accès rapide et peut être acheté sur Steam avec son édition Founder's au 19,99 euro. Une fois officiellement publié, le jeu deviendra gratuit. #BRUTALROYALE

commentaires

réponses