Années 80 jupe déteste

Imaginez revenir avec l'esprit à l'incroyable années 80. Des épaulettes, de grands cheveux, des ongles, des couleurs vives qui rendent le daltonisme m'emporte, Maurizio Seymandi. Vous revenez du week-end classique après l’école en compagnie de vos amis. Cependant, à un moment donné, le bateau qui devait vous ramener à la maison a été touché par des balles explosives laissées par le rivage. Malgré les blessures, heureusement légères, vous réussissez à survivre et à atteindre le rivage. Soudainement, dans la plus pure panique, vous rencontrez une sorte de menace robotique qu'il vous jettera également dans une fosse d'un mètre sur un mètre. Bienvenue à Génération zéro, titre FPS de survie de ces jokers du Avalanche Studios.

Il était une fois une terre immaculée païenne

Scénario: Suède, période d'après-guerre. Déclarée neutre et également indemne de la Seconde Guerre mondiale, la nation qui a donné naissance à l’Europe paie le prix fort pour être restée intacte après la guerre. On le voit obligé de faire des pactes avec Adolf Hitler et dépenser sa fortune dans un programme de défense militaire important. Dans une sorte de climat de guerre froide, chaque citoyen est prêt à se battre à la guerre. La menace vient de l'est et se profile de plus en plus.

Ça commence création l'un est Avatar, d’une manière trop petite et prédéfinie. En fait, vous pouvez personnaliser votre personnage en choisissant seulement: genre, physionomie du visage, type de tenue, style du code vestimentaire choisi précédemment. Au début le dispersivité (surtout dans seul joueur) est le maître. Le personnage que vous avez créé, comme d'habitude, a un système de progression. Chaque niveau est basé sur certains paramètres tels que: lieux découverts, niveau de dissimulation, habileté avec des armes, combats gagnés et capacité à fuir des griffes de l'entité robotique en service (oui, oui). Chaque niveau vous fait aussi gagner une compétence.

Prenez confiance immédiatement avec l'arme qui semble être en possession d'un sentiment discret. Réaliste aussi, arme à la main, devant rester immobile sur la cible. Le problème réside principalement dans le modèles d'attaque de l'ennemi: mouvements assez rapides, mais assez prévisibles et stéréotypés. Une autre faille de la menace robotique réside dans uneintelligence artificielle plutôt fluctuantet dans un couverture cela laisse beaucoup à désirer en particulier dans les angles morts ou derrière des obstacles de même situation altimétrique (tels que des rochers ou des haies). Ils font de homologue mode d'engagement infaillible cela ne vous laissera pas échapper. Chaque lieu porte une indication de ce qui peut être rassemblé pour donner de la crédibilité à l'âme même du jeu: armes, munitions, produits cosmétiques de guerre, numismatique, lettres et divers objets utiles à la cause. Pour comprendre pourquoi ces mauvais robots sont ici et avec ceux qui l'ont exactement.

Et le naufrage m'est doux dans ce fjord
Et le naufrage m'est doux dans ce fjord

I robot semblent être assez similaires en fonction de la zone occupée. Dans presque tous, ils se souviennent des dieux mecano zoomorfi, tandis que dans la ville de Santhalm, vous pouvez trouver d’autres vaguement similaires à Codsworth de Fallout. Au bout d'un moment ils font leur apparition émetteurs particuliers détruire: ces outils servent à transmettre le signal des entités ennemies afin de coordonner leurs actions dans l’archipel. Ils essaient de vous trouver au loin, mais ont encore une marge de manœuvre limitée pour leur "campement" d'afférence. Votre seul objectif est donc de survivre. Par conséquent, s’échapper n’est parfois pas un moyen de s’échapper, mais un devoir, surtout si vous devez faire face à un petit nombre de munitions.

Un élément qui, dans ce sens, peut faire pour nous, est leabsence d'endurance. Malgré cela, le personnage peut courir comme Forrest Gump pendant des kilomètres sans être vraiment fatigué, cela ne diminue que légèrement la vitesse de course, mais rien de pertinent. Le réalisme continue, je sais, mais ainsi soit-il! Par contre, tomber d’un mur rocheux, même sur quelques mètres, peut causer d’énormes dégâts (désolé, pas de dieu, et je le crois!). Au début, à cause des quelques camps disponibles, j’ai respawn ils sont disponibles uniquement à une distance sidérale, et en ajoutant ces éléments, tout vous fait jurer en ancien araméen. Heureusement, la situation s’améliore ensuite.

Les robots pas feu secondaire o razzi par exemple, mais seulement un tir automatique. Comprendre comment les éloigner de leur foyer visuel, ce n’est plus un problème de les sortir sans avoir à s’enfuir, spécial pour les réservoirs, frères aînés des robots susmentionnés, aussi hauts qu'un bâtiment de trois étages et équipés d'une batterie de missiles impressionnante disponible. Au début, le risque de manquer de munitions, si vous essayez de manipuler des robots au lieu de vous enfuir, est élevé, ce qui constitue un bon moyen presque systématique d'abattre des robots ennemis: l'utilisation d'un fusil à pompe semi-automatique, en particulier le premier. des heures de jeu. La vieille radio et les signaux lumineux vous aident à distraire vos ennemis. Ici aussi leluttes d'intelligence artificielle un peu à décoller.

Cycle jour / nuit remarquable, ainsi que le les conditions météorologiques, bien que la nuit, l’atmosphère pourrait certainement avoir plus d’impact. Ce sont des robots qui, avec leurs lumières tournées dans le noir de la nuit, parviennent à rendre le climat un peu plus anxieux. Dans l'inventaire, il n'y a pas de flambeaux, mais dans l'obscurité, le personnage en possède un par défaut, ce qui peut être activé avec la touche F: je ne dis pas imiter Outcast ou Rec, mais faire de la torche un objet à part ne serait pas une mauvaise idée d'augmenter le pathos et réalisme. Dans les bunkers, initialement dans le noir, il est toujours possible d'activer le système électrique. Il y a aussi un juste personnalisation tout armes: ça va du classique silencieux ai Viseurs optiques x4 des carabines, ce qui manque peut-être, c’est la cosmétique de l’arme (mieux de cette façon).

La nuit apporte un charme discret
La nuit apporte un charme discret

Qui ne tue pas dans l'entreprise n'est pas le fils d'Odin

In mode multijoueur (coopérative pour 4) le niveau de plaisir augmente discrètement. Le mode en ligne peut être activé à la fois au milieu d’un seul joueur et, au besoin, avant de commencer à jouer. Une fois plongé dans mode coop, obtenez le même nombre de munitions et les mêmes armes que vous avez collectées en mode solo. Tout sera moins dispersif que le mode simple, à condition que vos collaborateurs soient à proximité, sinon ils resteront sur leurs épaules et leur pédale. En coopérant, attaquer un camp vous procure un sentiment d’immédiateté et de plaisir supplémentaire, sans vous perdre dans des excursions inutiles pour vous-même. Ce qui manque peut-être dans ce mode coopératif, c’est la possibilité de coordonner l’attaque avec des raccourcis spéciaux à la main: uniquement des commandes vocales. Peut-être qu'un peu plus de tactique aurait aidé.

En mode multijoueur en coopération, Generation Zero donne le meilleur de lui-même.
En mode multijoueur en coopération, Generation Zero est à son meilleur

Techniquement parlant ...

D'un point de vue technique présente un moteur graphique solide: en particulier sur PC à haute résolution, le forêt è plein de détails , comme la texture du feuillage, de la rosée, de la pluie, des effets de lumière et de brume qui le rend encore plus palpitant. Rendement suffisant des armes, y compris l'usure et les sculptures. la action années quatre-vingt bandes sonores vous accompagner sur chaque ferme "cambriolée" et vous fournir ce petit quelque chose en termes de suspense. Des effets discrets mais améliorés, la physique de l’environnement à la norme (sans crier miracle) ainsi que celle des armes. Les effets de particules doivent être passés en revue, des explosions agréables mais cela s’améliore.

Moteur graphique solide
Moteur graphique solide

Il est intelligent mais ne s'applique pas

Titre assez libre d'itinérance s'il est joué en single, en particulier les premières heures du jeu, vous serez l'habile Mc Giver, Generation Zero offre une expérience exploratoire aussi redondante qu'intéressante. Pas tant pour pouvoir se déplacer dans le monde depuis des maisons, des fermes, des garages, des églises, un pied à terre, etc., mais pour la bonne coupe cinématographique et la science-fiction de la musique atmosphérique années 80. Ces derniers contribuent à donner ce pathos et cette profondeur à la forêt (ainsi qu’à un voile important en termes de rendement) qui, au contraire, n’entraînent pas d’interactions avec la main. Deux énormes défauts entourent le tout: il n'y a pas de présence de tout PNJ interactif e aucun véhicule ne peut être conduit. Ces derniers ne sont en fait utilisés que comme une sorte de boîte à bijoux pour tous les bijoux de survivants présents sur le site.

Mode en singolo e multijoueur coopératif, à certains égards, ils voyagent en parallèle. La seconde sert à rendre l’ancien plus agréable et moins redondante, et elle réussit toujours en raison d’une dispersion qui sous-tend la absence totale di moyens di locomotion. Dommage. Si joué en compagnie de Amis 3, au besoin dans un tel mode, le le plaisir pourrait aider et le sens de la dispersion diminue. Pour résoudre les missions, il vous suffit d’atteindre ou de libérer la station de tournage des entités robotiques. Aucun cas à résoudre, mini-jeu ou similaire: même quelque chose de différent de devoir limiter la ferraille d'extraterrestres aurait suffi, alors que la seule exception est d'avoir à détruire les répéteurs susmentionnés.

Faire des champignons entre des minipimères incinérés

Un juste potentiel tra histoire, atmosphère e cadre, littéralement gaspillé dans un jeu qui ressemble à un beta incomplète vendu au plein prix. En multijoueur entre amis, il a sa raison d'être, mais à partir de là pour justifier un investissement au prix fort pour un tel titre, voilà. Donner une nouvelle chance à Avalanche Studios à cet égard semble être une nécessité. L'espoir d'un deuxième chapitre est peut-être moins dispersif, avec les moyens disponibles (pour la série Far Cry mais pas trop) et les NPC vivants, végétatifs et actifs aux fins de la mécanique du jeu, cela semble bien et juste. À partir du secteur technique, de l’atmosphère, de l’histoire et des paramètres: force en avalanche, mettez-vous au travail! Nous vous rappelons que Génération zéro est disponible maintenant pour Pc, Ps4 e Xbox One.