Après la prévisualisation de l'année dernière, cette année également, nous avons suivi de près les progrès de Dying Light 2. Au stand de Koch Media, nous avons participé à la présentation à huis clos organisée par les gars de Techland. Nous ne pouvions enregistrer aucun type d’image: nous allons essayer d’expliquer ce que nous avons vu avec les mots.

Tymon Smektala, concepteur principal du jeu Dying Light 2, nous a accueillis dans la petite salle.
Avant de commencer la nouvelle démo, Tymon tient à rappeler la dynamique sur laquelle repose le jeu: tout est entre nos mains. Nous serons appelés à différents moments du jeu pour prendre nos décisions, dont certaines seront cruciales. Tuer ou sauver des PNJ, détruire ou conquérir des villes. Tout a un prix et surtout des conséquences. En plus de l'intrigue, en fonction de nos choix, se trouve également le gameplay à modifier: différents ennemis, différentes armes, différentes capacités, différents environnements. Dans Dying Light 2, les graphes sont nombreux et, comme l’a précisé Tymon, un seul passage suffit pour découvrir un faible pourcentage de la partie.
Passons à la démo.

Lumière mourante 2

Dying Light 2 se situe autour de 15, quelques années après les événements du premier chapitre: certaines choses ont changé, notamment celles de l’infection. La peste a évolué et a eu des conséquences désastreuses.
La démo commence au Fish Eye, une taverne dirigée par notre ami Frank, où une table ronde doit avoir lieu entre les différentes factions du jeu pour résoudre un problème extrêmement urgent: le manque d'eau potable.
Les choses dégénèrent inévitablement et Frank, notre ami et intermédiaire de la situation, est tué lâchement. Alors commence notre course vers les assassins, membres des Renegades, dans le but de venger le pauvre Frank.

En plus du complot "spicciola", la démonstration a été montée ad hoc pour montrer les principales caractéristiques de Dying Light 2.
Le parkour est confirmé, ainsi qu'un élément essentiel et caractéristique, un spectacle pour les yeux. Les animations se sont améliorées et le nombre de sauts et de mouvements a considérablement augmenté. Dans les mains d'un joystick expert, vous pouvez littéralement devenir imprenable.
Pour le rendre encore plus intéressant il y a la "belle" ajout du parachute, ce qui nous permet de ne pas trop nous blesser et de créer de nouvelles solutions possibles.
Les combats restent aussi brutaux que le premier chapitre; en plus des nombreuses armes de mêlée, nous notons avec plaisir ajout de Scorpion, un fusil similaire qui, à court de munitions, peut être utilisé du côté du football comme un terrible marteau à deux mains.
À la fin de la démo, nous pouvons plutôt noter la portée tant vantée de nos choix et de leurs conséquences. Le choix par défaut nous projette dans un tout nouveau scénario de Dying Light 2, scénario qui aurait été extrêmement différent (et inaccessible ultérieurement) si nous avions emprunté un chemin différent.

Après la projection d’environ 30 min, Tymon dit deux mots sur le mode coopératif. Nous savions déjà qu'il serait possible de jouer à Dying Light 2 jusqu'à des joueurs 4 en ligne; ce que nous ignorions c'est que nous pouvons passer du mode solo au mode multijoueur selon nos préférences, avec un mais: en cas de jeu en ligne, le monde dans lequel nous jouerons sera celui de l’hôte hôte.
Quoi dire, ici à Techland, je pense que c'est tout. Continuez à nous suivre pour tous les extraits de cette gamescom 2019!