L'Asus PG43UQ ressemble au Moniteur pour tous les apprivoiser, avec un ensemble de fonctionnalités enviables, mais n'étant pas toujours le Jack of All Trades apporte les résultats souhaités, parfois vous avez besoin d'un guerrier, d'un sorcier et d'un clerc, pas d'un barde.

Sur le papier, la PG43UQ est remarquable. Nous parlons d'un panneau VA 43 ″, avec une résolution de 3840 × 2160, ou 4k si vous préférez, un taux de rafraîchissement de 144hz, certifié pour HDR 1000, équipé de VRR compatible avec les cartes graphiques Nvidia, calibré par la société avec 125 Couverture% sRGB et 90% DCI-P3. Le tout avec 1 ms de temps de réponse. 2 ports HDMI 2.0, 2 Displayport 1.4, 2 prises USB 3.0 pour une utilisation en tant que hub, un projecteur Aura Sync.

La magie qui permet tout cela est la Technologie DSC, et ce moniteur est le premier sur le marché à l'utiliser. Les données qui arrivent de la carte graphique à un écran doivent passer par un connecteur physique qui a des limites sur la quantité de données qu'elle peut transmettre. La spécification actuellement disponible dans le commerce du Displayport 1.4 est capable de transférer 25.92 Gbit / s. Cela se traduit par la capacité de transmettre le SDR 4k à des fréquences maximales de 120 Hz. Si, au contraire, vous voulez avoir le HDR, vous devez vous contenter de 98 Hz à la même résolution.

PG43UQ

Jusqu'à présent, cette limitation a été contournée de deux manières: soit deux câbles ont été utilisés en même temps, soit un système enclin au pilote, soit un système de compression appelé Chroma Subsampling 4: 2: 2 ou 4: 2: 0 qui a été utilisé, ce qui il allait supprimer les informations de couleur du flux. Si pour un contenu tel que des jeux vidéo, cela pouvait encore être acceptable, lire du texte, comme sur un site Web ou des documents Word, c'était ennuyeux pour les yeux. DSC vous permet de comprimer le débit sans perte de qualité, permettant enfin à un signal 4k HDR 144Hz d'arriver avec un seul câble à l'écran. Cette technologie n'est disponible que sur les cartes Nvidia RTX et les AMD de classe RX5700 utilisant un câble de port d'affichage 1.4.

La première impression avec le PG43UQ est excellente. L'emballage est intelligent et bien organisé, à l'intérieur de l'emballage, il y a les résultats de l'étalonnage en usine et tous les câbles nécessaires pour le faire fonctionner, y compris un HDMI et un Displayport. Il existe également une télécommande pratique pour modifier les paramètres du moniteur à distance. Connecté à l'ordinateur, mon RTX 2060 avait déjà la g-sync activée, et pour le HDR, il suffisait d'activer la fonction dans Windows pour l'avoir automatiquement également sur le moniteur. Et loin, immédiatement pour jouer et regarder des films et des séries télévisées. Vous pouvez voir comment il y a un énorme équilibre entre toutes ses parties pour offrir une expérience, passez-moi le terme café, rond.

Cependant, lorsque vous commencez à le pousser à ses limites, les compromis effectués deviennent plus évidents. Le moniteur est au prix de 1650 €, ce qui par rapport aux fonctionnalités promises est également "faible". Asus a réussi à contenir ses dépenses en utilisant des implémentations matérielles non pas selon l'état de l'art, mais en faisant des choix judicieux sur les points clés du produit.

Bureau PG43UQ
En utilisant ce moniteur sur un bureau, vous ferez une grosse erreur. A moins que vous n'ayez plus d'espace que moi!

sur VRR (Taux de rafraîchissement variable) il y a relativement peu à dire. Ne pas avoir le module G-Sync permet d'être compatible également avec le matériel AMD et les futures consoles, ainsi que d'économiser plusieurs euros sur le coût final. La gamme est le classique du freesync 48-144Hz, avec une technologie de compensation de fréquence inférieure à ce seuil et une prise en charge du signal HDR en combinaison avec le rafraîchissement variable. Le système fonctionne bien et je n'ai eu aucun problème majeur avec mon RTX 2060. Pas de scintillement, seulement quelques écrans noirs lors du chargement ou des changements de scène de certains jeux. C'est une fonctionnalité que je crois être un must sur les écrans 4k. L'expérience est promue.

L'HDR à la place géré à mi-chemin. La luminosité maximale de 1000 nits combinée à un panneau calibré et à un contraste de 4000: 1 donne d'excellents résultats, les couleurs sont fantastiques, mais la gradation de la matrice locale n'est pas implémentée, c'est-à-dire la possibilité d'ajuster la luminosité localement, en se basant uniquement sur des LED W normales. De plus, le panneau obtient ses 10 bits de couleur en utilisant la combinaison 8 bits + FRC. Le résultat est tout simplement bon, mais pas transcendantal. Il faut dire que l'expérience HDR est beaucoup plus agréable sur consoles que sur PC en général, en raison de l'implémentation non optimale sur Windows 10 et du peu de support des applications et des lecteurs multimédias. Même dans les jeux vidéo, certains offriront d'excellents résultats, d'autres un peu moins. La Terre du Milieu Shadow of War et Shadow of the Tomb Raider sont de bons exemples de HDR, d'autres comme Red Dead Redemption un peu moins. Cependant, c'est un avantage significatif pour le PG43UQ d'avoir le HDR1000 dans cette gamme de prix.

L'autre problème avec le PG43UQ réside dans sa prétention au temps de réponse de 1 ms. Ceci est réalisé en réglant l'overdrive du panneau au niveau maximum, le 5, en activant éventuellement la fonction de réduction du flou de mouvement. Avec ces paramètres, le moniteur devient inutilisable en raison du défaut congénital des panneaux VA: fantôme. Les pixels ont besoin de quelques instants pour changer de couleur et pour cette raison, lors de mouvements rapides, une traînée apparaît derrière l'objet en mouvement. Ce phénomène ne peut également être remarqué qu'en suivant la souris sur l'écran. Avec overdrive à 5, pour essayer de contrer cet effet, un nouvel artefact est créé, qui remplit les bords des objets avec des couleurs.

En jouant à Overwatch, même les balles vertes de Lucio sont modifiées par cet effet au fur et à mesure qu'elles se déplacent sur l'écran et à chaque mouvement du viseur, il y avait des pétrissages agaçants sur toute la vision périphérique. Je pense que les paramètres optimaux pour ce panneau sont les plus basiques: Overdrive au niveau 3, VRR activé et c'est tout. Aucun autre effet d'édition d'image. De cette façon, le fantôme est là, mais je n'ai jamais trouvé excessif de distraire et c'est un défaut plus visible dans le FPS que dans d'autres jeux. Si vous êtes des joueurs qui dévorent tous les genres, ce ne sera pas un problème, si au contraire vous êtes dédié aux FPS compétitifs et que vous voulez des performances maximales, ce n'est pas l'écran pour vous.

Logo PG43UQ Aura Sync
J'ai trouvé ce type d'éclairage led très beau et sobre. Vous pouvez placer le projecteur où vous voulez dans tous les cas, c'est la position par défaut recommandée.

En venant à des conclusions, vous devez bien comprendre qui est ce type de produit. En regardant son offre, c'est pour le joueur omnivore passionné que joue à distance salon ou une pièce avec beaucoup plus d'espace. Pour ces utilisateurs, il propose un package complet à un prix approprié. Mais il suffit de s'éloigner légèrement de cette condition spécifique et à mon avis le point de fonctionnement optimal fait défaut. À un bureau à distance, il est préférable de parier sur des panneaux de 240 Hz si vous êtes un joueur compétitif ou 21: 9 si vous êtes un bricoleur. Dans un environnement purement salon, cependant, le PG43UQ commence à rivaliser avec les fabricants de téléviseurs qui, dans cette gamme de prix, proposent également des panneaux OLED, capables d'offrir une bien meilleure expérience multimédia et qui ont des tuners TV.

En tout cas, la spécification DSC est vraiment remarquable et j'espère que toute la gamme 4k d'Asus est équipée de cette technologie, même des écrans avec des dimensions plus sensibles pour un bureau.