Capcom a certainement su faire preuve d'un grand courage avec Shinsekai dans les profondeurs. Les célèbres niveaux de sous-marins, en particulier pour ceux qui ont une expérience de jeu vidéo nés vers les années 90, représentent pour beaucoup le mal absolu de la conception de niveaux. L'idée de nager sous l'eau s'est toujours traduite en frustration pour les mouvements ralentis et imprécis et la nécessité de collecter l'oxygène. Au fil du temps, ces trois dynamiques ont fait que de nombreux utilisateurs détestent ce type de niveau. La maison de logiciels japonaise a en revanche décidé de baser tout un jeu vidéo dessus. Une louange pour le courage.

Le protagoniste de Shinsekai n'est pas en fait un nageur qualifié et, comme nous tous, il a besoin d'oxygène pour pouvoir respirer. A commencé le jeu on se retrouve devant un séquence d'introduction si clairsemée il ne peut même pas représenter un véritable prétexte: l'alter-ego de l'utilisateur, dernier survivant de la race humaine à la suite d'une sorte de Big Freeze mondial, a trouvé refuge sous l'eau, où la glace semble incapable de l'atteindre. Mais de façon inattendue, il est impliqué dans une sorte d'avalanche. La glace prend possession de l'habitation, nous plaçant dans une situation où nous devons explorer les fonds marins sans destination précise.

Ce sont les très peu d'informations données au joueur au début de l'aventure. Ce choix s'avérera plus qu'approprié compte tenu du ton sombre, réfléchissant et parfois claustrophobe qui distingue cette production.

Switch est le meilleur ami du jeu mobile

Shinsekai Into the Depths n'est pas une exclusivité Nintendo Switch. Le titre a été développé spécifiquement pour Apple Arcade et lancé sur le marché l'automne dernier. En fait, c'est un titre mobile. Cela, une fois de plus, place Switch dans la position idéale pour être la plate-forme de référence pour tous les éditeurs, habitués à lancer leurs produits sur le marché des smartphones, désireux d'approcher un type spécifique de jeu vidéo même sur consoles. Cependant, cela ne signifie pas que ces titres doivent être jugés par le critère généralement utilisé lors de l'analyse d'un logiciel iOS ou Android.

Graphiquement le titre est agréable, mais montre clairement le côté de toutes les limites dues à ses origines. Les textures ne sont presque jamais bien définies et, malgré une résolution plus que satisfaisante, l'image est souvent sale. Les animations s'occupent de la production à un niveau purement technique. Le protagoniste se déplace de manière réaliste et chaque interaction avec l'environnement, qu'elle soit scénarisée ou non, est reproduite à travers des animations fluides et extraordinairement réussies. Même discours aussi pour les ennemis et tous les acteurs de l'aventure.

En général, on ne peut donc pas parler d'un secteur technique infructueux, également à la lumière d'une conception sonore convaincante en sachant reproduire le sentiment d'être réellement submergé par d'innombrables tonnes d'eau. Pour être décevant, c'est le choix de la palette de couleurs utilisé dans les environnements de jeu. A Shinsekai, vous ne vivez pas une aventure heureuse et insouciante mais un peu de vivacité dans les couleurs, en particulier dans les arrière-plans des différents niveaux, aurait certainement rendu l'exploration plus satisfaisante et aurait rendu le sentiment de répétitivité que le titre suscite après plusieurs heures de jeu.

La pièce maîtresse de Shinsekai

L'exploration est le pivot de toute l'expérience proposée par le titre Capcom. Afin de sonder complètement le fond marin, notre protagoniste est lié à divers facteurs de perturbation environnementale, qui peuvent être surmontés par la réalisation d'événements clés ou par l'amélioration. Tout d'abord, il faut laisser respirer notre plongeur. En fait, le joueur dispose de plusieurs bouteilles d'oxygène, qui représentent également la barre de vie de l'explorateur, pouvant endommager et casser définitivement. Les cylindres peuvent être remplacés, réparés ou remplis dans des points spéciaux disséminés sur la carte (y compris des points de contrôle ou des zones sûres sans eau). En plus de la tâche de l'oxygène, il existe également plusieurs obstacles environnementaux situés dans des points stratégiques sur la carte. Pour les surmonter, il est nécessaire d'obtenir un équipement adéquat. Enfin, il y a le plus grand ennemi présent à Shinsekai: la pressione. En descendant dans les profondeurs, la pression augmentera. Les zones dans lesquelles il est trop haut pour le supporter sont représentées en rouge. En améliorant la combinaison, il est possible d'augmenter la résistance et donc également les quantités de zones librement explorables.

Mais comment améliorez-vous l'équipement? simple: collecte de matériaux. Tout au long de l'environnement de jeu, des minéraux ou des plantes sont dispersés, pouvant être réutilisés pour augmenter l'efficacité de la combinaison, ainsi que les armes et équipements disponibles pour le joueur. Pour aider l'utilisateur dans la collection, nous pensons à un petit drone, déblocable immédiatement après les toutes premières séquences initiales. Notre petit assistant est capable d'identifier et d'accéder à des ressources autrement inaccessibles. Ici, un autre défaut majeur du titre se pose, à savoir la peu de lisibilité de l'interface. Ce qu'il faut responsabiliser et comment ce n'est pas clair tout de suite. Le système de fabrication est cependant expliqué au joueur mais n'est pas encore très intuitif dans le type de matériaux à utiliser. En bref, si vous ne faites pas attention, vous risquez de collecter des ressources au hasard ou de les utiliser de manière incorrecte. Le conseil est de se concentrer beaucoup sur la mini-carte, ce qui donne une indication (après avoir analysé la zone entourant le joueur) de la position des matières premières de base à poursuivre l'exploration.

Le drone agit également comme un dispositif narratif pour la suite de l'histoire. Cependant, ce ne sera pas le seul, au contraire, le jeu pourrait agréablement vous surprendre avec les surprises et les enrichissements du gameplay qui peuvent être débloqués au fil des heures. En effet, le robot indique au joueur les points d'intérêt de la carte à atteindre, parvenant à donner un certain équilibre à un gameplay qui pencherait autrement vers une exploration insensée sans aucune motivation. Dans ce contexte, plein de choses à faire - qui risquent de toute façon de se répéter - on oublie vite d'être sous l'eau. Heureusement, cela se traduit par l'absence totale de ce sentiment désagréable de devoir courir contre le temps pour trouver des sources d'oxygène pour survivre. Par conséquent, des applaudissements doivent être adressés aux concepteurs de niveau de Shinsekai pour avoir traité les plus grands problèmes dus au choix du cadre sous-marin. Les points de recharge sont nombreux et bien indiqués. On se retrouve à peine oxygène sec.

Système de combat, le grand absent

Vivre une aventure entière sous l'eau ne signifie pas seulement ce qui vient d'être décrit. Les développeurs ont également dû modéliser un système de mouvement capable de reproduire le manque de confiance dans un environnement hostile aux humains. Le protagoniste est lent, maladroit, lourd. Cependant, vous pouvez vous déplacer plus rapidement grâce à l'aide des propulseurs de la combinaison qui, en cas d'atteindre des vitesses élevées, pourraient endommager les bouteilles d'oxygène en notre possession. Bref, le système de contrôle est profond et compliqué. Cela peut certainement être frustrant, mais une fois maîtrisé, il donne des satisfactions différentes.

On ne peut pas en dire autant du système de combat. Jusqu'à présent, je n'ai pas mentionné la présence d'ennemis. Peut-être parce que j'aimerais l'oublier. Les créatures hostiles à nous ne sont pas mal reproduites. Ils sont variés et certains d'entre eux étonnamment intelligents. Même la mécanique qui leur est liée n'est pas si mauvaise. Pensez juste que, par exemple, afin de contourner les requins, le joueur peut utiliser quelques détournements comme pour illuminer des méduses pour distraire l'intérêt du prédateur de notre passage. Le problème est le système de combat, qui en fait n'existe pas. Le dernier survivant de la race humaine a une simple attaque de mêlée, cela suffit. Terminer. Tout le reste est basé sur l'utilisation des mêmes outils utiles à l'exploration. Oui, le poisson peut être harponné, mais tout est extrêmement inexact. Les boss, en revanche, sont bien intégrés et suffisamment amusants pour faire face, nets des problèmes critiques en raison des possibilités de combat très limitées dans le jeu.

Shinsekai Into the Depths est définitivement un produit réussi. La combinaison de l'exploration, de la résolution d'énigmes environnementales jamais triviales (je le répète, peut-être un peu répétitif) et d'une conception de niveau bien équilibrée a donné à Capcom la possibilité de publier un titre vraiment intéressant. Plus aurait pu être réalisé en convertissant d'Apple Arcade. Le jeu montre trop souvent le côté d'un secteur technique pas tout à fait à la hauteur. Dommage vu la possibilités qu'un concept et un cadre similaire peuvent offrir. Le secteur audio est absolument agréable assez pour hurler par rapport à ce qui est perçu par les yeux du joueur. L'héritage de la version mobile est également l'interface, pour laquelle un travail beaucoup plus approfondi des opérateurs portuaires aurait été souhaitable. Le jeu est toujours, malgré les défauts, capable de parler au joueur à travers un récit silencieux, basé sur les découvertes qui émergent en continuant dans l'histoire et en plongeant dans les méandres profonds et sombres du monde du jeu. Cependant, la grossièreté des combats est impardonnable.