Ubisoft aurait déjà pris des mesures contre les employés qui, ces derniers jours, ont été accusés de harcèlement sexuel et de viol.

Comme nous vous l'avons signalé la semaine dernière cet article, un vrai tremblement de terre a frappé la maison Ubisoft. Maintenant, apparemment, des mesures contre ces individus ont déjà été prises. Selon GamesIndustry, Tommy François (vice-président des services éditoriaux et créatifs) e Maxime Béland (éditorialiste vice-président d'Ubisoft Toronto) aurait été licencié à la suite de lourdes charges retenues contre eux.

La maison du logiciel pour le moment n'a pas confirmé la nouvelle mais, à travers le porte-parole Stéphanie MagnierSaid:

"Ils font tous les deux l'objet d'une enquête et il n'y a donc rien à déclarer pour le moment ».

Il semble donc qu'il faudra un certain temps pour que la tempête dans la maison Ubisoft se calme.