Quand en 2006 Garth Ennis a sorti sa créature dans le monde de la bande dessinée Les garçons, beaucoup, y compris moi, ils étaient ravis. Une destruction des clichés des super héros qui au lieu de se concentrer sur leur silhouette, comme Alan Moore l'a fait avec Watchmen, sont allés regarder les corporations derrière leurs personnages. Une œuvre violente, dure, brute et cathartique pour les fans du monde comique des super héros américains. 

Le monde de la production artistique humaine vit sur des cycles. Nous nous concentrons beaucoup sur la mode créature du moment, pour la perfectionner sous toutes ses formes. Lorsqu'un point de saturation est atteint, quelqu'un essaiera de le détruire, de prendre ses points fixes et de les éliminer ou de les réécrire d'un point de vue différent. C'est donc presque par hasard que notre vie a été inondée de super héros sous la forme du désormais mammouth Univers cinématographique Marvel, aujourd'hui un peu essoufflé en raison des reports dus à la pandémie de Covid-19. Il était destiné aux garçons de revenir au monde de l'action réelle ce qu'ils ont déjà fait pour l'impression.

Au lieu de copier servilement la bande dessinée, la série The Boys, construite par Seth Rogers, Evan Goldberg et Erik Kripke avec les fonds de papa Bezos, est une habile réadaptation de thèmes papier au monde de 2020, encore plus amoureuse des mégacorporations et des médias sociaux qu'il y a 14 ans. Avec un excellent résultat final, j'ajouterais.

Comme toute bonne saison qui se respecte, la finale du premier de The Boys a mélangé toutes les cartes sur la table, laissant le spectateur avec l'eau à la bouche pour le deuxième plat. Le changement radical en ce qui concerne le matériau d'inspiration pour les fans de bandes dessinées a envoyé dans ce pays tous les plans et théories possibles: pour les nouveaux adeptes, c'était "simplement une bonne torsion". J'ai pu visionner les trois premiers épisodes de la deuxième saison, pour voir si le battage médiatique est réel ou non.

Une chose que j'ai vraiment appréciée à propos de la saison XNUMX des garçons, c'est de ne pas perdre beaucoup de temps à entrer dans la partie intéressante. Chaque épisode était utile. Le second vient avec le même rythme élevé: le statu quo est évalué et mis à jour très rapidement et dans les 3 premiers épisodes beaucoup de ces choses se produisent, que d'autres sagas auraient retardé une deuxième saison entière uniquement sur ces événements.

Le changement le plus important est celui qui se produit au sein de la structure Vought. L'administration et la liste des super héros ont besoin de nouveaux personnages. Homelander reçoit deux personnages à gérer, qui remplace Madelhyne Stillwell comme contre-autel. Stan Edgar, le PDG de Vought, est une figure peu intimidée et d'une grande présence, grâce à l'interprétation de Giancarlo Esposito, et c'est un grand mur que Homelander peut frapper.

Dans le groupe des super héros au lieu de Stormfront (Aya Cash) s'avère intéressant, car il est le seul héros à ne pas avoir de filtres particuliers. Elle n'a peur d'affronter personne et aussitôt sa vivacité et son audace la mettent en contraste avec Homelander. La compétence de Anthony Starr en l'interprétant, il est encore incontesté et a encore tendance à voler toutes les scènes où il est présent.

L'affiche de la deuxième saison des garçons

Même les dynamiques entre The Boys ont une réinstallation de caractère qui leur donne une nouvelle profondeur, notamment dans leur nouveau rôle d'officiers recherchés et donc de fugitifs de tout et de tout le monde. La violence, le blasphème, la cruauté sont restés et n'ont pas diminué le moins du monde: tous les éléments qui ont rendu la saison un retour perturbateur. Certains personnages secondaires vous surprendront, ou du moins, j'espère qu'ils aiment tout ce que j'ai fait et les rebondissements ne manquent pas pour garder le spectateur étonné.

J'ai hâte de pouvoir mettre la main sur la série complète. Comme je vous le rappelle, cette fois, il sortira de la manière suivante: le 4 septembre, vous pourrez voir les trois premiers épisodes, et chaque semaine le vendredi, un nouvel épisode sortira à la fois jusqu'au 9 octobre, portant la deuxième saison à 8 épisodes au total. Si le reste du matériel reste au niveau de ces premiers épisodes, on peut dire que la foudre frappe deux fois au même endroit, et avoir Stormfront dans l'équipe, cela me semble également logique.