Le panorama des productions de jeux vidéo japonais avec un contenu de fanservice très élevé s'enrichit d'un nouvel exposant. Kandagawa Jet Girls, titre créé par SHADE, une maison de logiciels avec un titre actif comme les Bullet Girls e Gun Gun Pixies, a été récemment publié sur PlayStation 4 et PC et s'inspire de l'anime homonyme sorti fin 2019. Compte tenu du bon succès de ce dernier également à l'étranger, l'éditeur Marvelous (le même que la série Senran Kagura) a décidé de localiser le jeu également en anglais, afin de le distribuer sur le marché mondial. En plus de la série susmentionnée basée sur les filles shinobi, être le maître en Kandagawa Jet Girls est le service aux fans. Dommage que, en substance, il n'y ait que cela.

Le jeu nous propose tout de suite un mode histoire qu'il faut affronter, au moins en ce qui concerne les premiers chapitres, pour débloquer également d'autres modes. La première campagne tourne autour de Rin et Misa, les deux protagonistes et respectivement Jetter e Tireur. Dans le monde du titre, un nouveau sport extrême est né qui consiste à courir sur des jet-skis dans des circuits fermés créés grâce à la rivière qui traverse la ville et, par essence, toute excuse est bonne pour faire une course. Définir «histoire» ce qui est contenu dans le jeu est vraiment difficile, car il s'agit simplement d'une série de prétextes et de rideaux comiques grâce auxquels chacun trouve le moyen de défier d'autres filles à un concours. Après avoir terminé la première "campagne", il est également possible de démarrer celles des autres équipes que nous avons connues lors de nos premières courses, pour une durée d'environ une heure et demie / deux pour chaque campagne. Potentiellement, cela pourrait durer jusqu'à vingt heures, si vous avez la force de résister et de continuer, car au milieu de la seconde je me suis tellement ennuyé que je me suis endormi pendant un dialogue, et c'était quelque chose qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Cependant, je tiens à souligner que les phases de pré-compétition, dans lesquelles les filles aux gros seins discutent entre elles, sont très courtes et concises.

Les phases d'appel d'offres, malheureusement, sont pratiquement la pire partie de l'offre. Sur le papier, le jeu propose un bon ensemble d'éléments qui pourraient aussi le rendre intéressant. Tout est clairement basé sur la mécanique de Mario Kart. Nous avons donc armes à collecter en cours de route et à utiliser contre les ennemis, en mode manuel ou automatique; les dérive, qui si bien exécuté permettent une courte accélération; une barre de jauge, qui peut être utilisé à la fois pour faire un turbo et pour des attaques spéciales, différentes pour chaque arme; cascades, dont l'un est personnel pour chaque équipe. De plus, au fur et à mesure que nous poursuivons l'histoire, Débloquez diverses pièces pour modifier les différentes motomarines disponibles, qui vous permettent d'agir sur la maniabilité, la vitesse de pointe et l'accélération. Le fait est que tout cela, en substance, est totalement inutile. Chaque course a une difficulté presque nulle. J'ai essayé plusieurs fois de gagner sans jamais faire de dérive ni d'arme à feu, et je n'ai jamais eu de problèmes. La physique de l'eau aurait été acceptable si le jeu avait été publié sur Nintendo 64, mais même alors, il se serait défiguré devant Wave Race également en ce qui concerne la création des parcours. Très coloré et vivant, oui, mais tout de même: il est impossible que même un seul puisse rester imprimé dans votre mémoire. Sans oublier que le la fréquence d'images est talmente pessimo que le jeu, pendant les compétitions, est très lent e il ne rend jamais, jamais même un minimum de sensation de vitesse. Et tout cela est vraiment dommage car la base, en théorie, est vraiment bonne et Kandagawa Jet Girls aurait pu être un jeu vraiment amusant et intéressant, mais il semble qu'à un moment donné, les développeurs ont simplement arrêté d'essayer de le faire, préférant jeter un produit mal fabriqué en espérant en tirer parti grâce à l'anime.

Comme c'est le cas pour les jeux avec une forte dose d'ecchi, une bonne partie de l'attention des développeurs a été consacrée composante de personnalisation des protagonistes. Vous pouvez changer vos vêtements, coupe de cheveux, couleur de peau et accessoires pour les personnaliser comme vous le souhaitez. Il y a aussi des dieux mini-jeux qui, j'espérais, donnerait plus de place à la composante plus "érotique" de l'offre mais qui échouent également. En termes clairs, ils sont pitoyables, mais en leur faisant face, vous acquérez des pièces à dépenser dans la boutique du jeu et achetez ainsi de nouveaux vêtements et accessoires. En bref, pour résumer, Je ne recommanderais guère le jeu même aux fans les plus hardcore de l'anime puisque l'offre, en fait, n'offre rien d'intéressant. Et pour ceux qui sont peut-être intéressés à aborder les titres avec une bonne dose de fanservice, jetez un œil à Gal * Gun, Hyperdimension Neptunia ou aux différents Senran Kagura et oubliez malheureusement Kandagawa Jet Girls.