Le 13 novembre 2020, la police de Montréal avait bureaux locaux d'Ubisoft évacués pressé. Selon les premières reconstructions, il semblait que quelqu'un avait pris en otage par les employés. Dans les jours suivants, il est devenu clair que la cause de l'agitation était en fait une fausse alerte.

Autres appels

Le journal canadien La Presse a rapporté aujourd'hui que dans les mois suivants, la police recevrait d'autres appels similaires. Dans l'un d'eux, un anonyme prétendait avoir a posé une bombe dans les bureaux d'Ubisoft. Dans un autre qui était en cours un autre enlèvement, et que les criminels avaient tiré sur les employés. 

Cependant, après l'opération de novembre, la police aurait traité ces appels avec moins de tracas. Après avoir vérifié que même dans ces cas il s'agissait de fausses alarmes, la police a commencé à enquêter pour trouver le coupable. 

La recherche n'a pas été particulièrement complexe, car le lendemain du troisième appel, le faux attaquant a de nouveau téléphoné, mais cette fois directement à Ubisoft. Se faire passer pour un développeur Rainbow Six, l'homme aurait tenté d'accéder à la possibilité d'interdire des joueurs.

Immédiatement, les employés de l'entreprise se sont rendu compte que quelque chose n'allait pas et ils ont avisé le Service de police de la Ville de Montréal, qui a ouvert l'enquête. Le résultat des premières investigations est un nom, Yanni Ouahioune. 

Le seul suspect

On sait peu de choses sur lui, sauf que son nom d'utilisateur sur Rainbow Six est "Y4nn0XX" et qu'il aurait collecté plus de 80 interdictions du tireur tactique d'Ubisoft. Contacté par La Presse, Ouahioune nierait toute implication dans les appels, en admettant plutôt anciennes allégations de swatting. 

Il semble que le suspect soit particulièrement obsédé par la figure de Spoit, Joueur professionnel suédois de Rainbow Six, à peine dix-sept ans. Selon les rapports de la police, parmi les demandes du dernier appel anonyme, il y aurait eu l'interdiction de Spoit. De plus, Ouahioune est accusé d'avoir a tenté de pirater le compte du jeune joueur professionnel.

La police travaille toujours sur d'autres suspects possibles, et n'a encore publié aucune déclaration concernant d'éventuelles accusations contre les suspects.