Quatre ans se sont écoulés depuis la toute première annonce de Biomutant. Dévoilé en août 2017 puis présenté à la gamescom, le titre s'est aussitôt taillé une tranche de fans grâce au mix qu'il présentait. Un monde ouvert avec des éléments de RPG dans lequel nous contrôlons les animaux dans un monde en voie de ruine. J'avoue franchement que cela m'a vraiment fasciné, même si je n'en savais pas beaucoup plus sur les titres, pour l'oublier après un certain temps. Les locaux ne semblaient donc pas exactement les meilleurs.

Le développement est entre les mains de Expérience 101, une maison de logiciels composé d'une vingtaine de membres co-fondé en 2015 par Stefan Ljungqvist, ancien directeur artistique et directeur de jeu de Avalanche Studios, connu pour la série Just Cause, qui est acheté par THQ Nordic en 2017. Donc, un éditeur de logiciels nouvellement né, travaillant sur un GDR en monde ouvert dont, depuis des années, il n'y a pratiquement pas de nouvelles. Ce sont les bases d'un grand titre annulé! L'arrivée de la pandémie et les problèmes mondiaux qui en résultaient m'avaient pratiquement convaincu de cette idée. Au lieu de cela, heureusement, Experiment 101 est revenu pour se faire entendre en annonçant la date de sortie du jeu et aujourd'hui Biomutant est vivant, il est parmi nous et je suis enfin là pour vous en parler.

Biomutant
Voici Biomutant

Le monde de Biomutant, ou ce qu'il en reste, a été frappé par une incroyable vague de pollution causée par une grande entreprise, la Toxanol. L'extraction des terres rares et des centrales nucléaires produisait des déchets et les décharges étaient désormais saturées et il a été décidé de commencer à tout déverser dans la mer. Elle a été tellement et si profondément polluée que le code génétique des animaux a changé rapidement, provoquant ainsi une seconde évolution et la disparition des anciens habitants de ce qu'on appelle Mondochefù. Maintenant, tout a poussé autour du grand arbre de vie, qui souffre pourtant de quelques monstres, les mangeurs du monde, qui détruisent ses racines. Par conséquent, notre travail consiste à sauver l'arbre pour permettre à la vie de continuer à fleurir. Ou pas.

Ce sont les prémisses simples de l'histoire de Biomutant, qui est bientôt rejoint par un autre objectif. Nous devons rassembler les tribus dispersées dans le monde, une tâche que la mère du protagoniste, créatrice d'un art martial ainsi que d'une véritable philosophie de vie, a réussi Wung-Fu. Les six adeptes de l'enseignant sont maintenant les chefs, chacun avec sa tendance à la lumière ou à l'obscurité. Le Ki est un autre des éléments qui imprègne le monde intérieur de Biomutant et nos actions, représenté par notre conscience - divisé précisément entre le côté clair et le côté obscur - sous la forme de deux adorables petits animaux. Chaque fois que nous avons la chance de faire un choix entre les deux camps, ils surgissent et commencent à se disputer, avec souvent de bons résultats. Avec cette prémisse j'ai donc imaginé que nos choix dans l'une ou l'autre direction auraient un grand impact sur le monde du jeu et la suite de l'histoire qui nous attend. Malheureusement, ce n'est pas le cas.

Biomutant
Un croisement entre réalisme et dessin animé

Au début du jeu, immédiatement après la zone de tutoriel initiale, un choix s'impose au joueur, à savoir si sauver ou détruire l'Arbre de Vie en fonction de la tribu que vous choisissez de soutenir. Comme dit précédemment, chacun d'eux a une tendance plus ou moins marquée vers la lumière ou l'obscurité et les deux premiers qu'il faut nécessairement traiter sont des opposés au système de karma du jeu, ou Absolute Light ou Absolute Darkness. Basé sur Sifu que nous décidons d'accompagner change notre finalité et le chemin emprunté. Du moins, sur papier. En fait, j'ai terminé le jeu deux fois en suivant les deux chemins différents mais, mis à part quelques dialogues et la dernière cinématique, pratiquement rien n'a changé. Ce qui m'a le plus dérangé, c'est que la mauvaise fin… ce n'est pas vraiment mal! Cependant, un sens positif et plein d'espoir est donné à nos actions et aux conséquences qui en découlent mais tout tombe toujours dans le discours entre l'harmonie entre la lumière et les ténèbres, entre le karma positif et le karma négatif, entre le noir et le blanc, ainsi que le soi. la détermination et l'imposition au destin, qui est faite de nos choix, autant d'éléments à la base de la philosophie du jeu.

Si nous prenons le bon chemin, nous pouvons rassembler les autres tribus afin de faites d'eux nos alliés ou les soumettre. Au cas où nous irions dans le mauvais sens, on peut toujours décider de les maîtriser ou de tuer les Sifu ennemi et détruisez entièrement la tribu. Dans les deux cas, ce système est géré par la conquête d'avant-postes. Heureusement, ce n'est ni ennuyeux ni excessivement long, il suffit de conquérir deux avant-postes et d'avancer ensuite à l'assaut de l'ennemi fort. Cependant, ce système me paraissait quelque peu fragmentaire, puisque ces phases sont presque identiques les unes aux autres. Et oubliez aussi le système de conquête Style Far Cry. La conquête est en fait composée d'une série de sections dans lesquelles il faut vaincre les ennemis et avancer, nous n'avons pas une réelle liberté d'action. Ce qui m'a frappé, c'est qu'après une conquête, un choix est offert par lequel, en substance, nous unissons ou soumettons automatiquement toutes les autres tribus, sauter d'autres conflits. Rétrospectivement, ce n'est pas un mauvais choix, étant donné que évite substantiellement la répétition d'une série d'actions qui, probablement, auraient conduit à l'ennui la plupart des joueurs. D'autre part, cependant, il ne vous permet pas d'obtenir toutes les armes traditionnelles. Chaque Sifu, en fait, est équipé d'une arme unique que nous obtenons lorsque nous conquérons la base. Si nous décidons d'automatiser le processus, cela ne se produit pas.

Biomutant
Maintenant je peux me battre

Ah, comme si l'unification (ou pas) des tribus et le salut de l'Arbre de Vie ne suffisaient pas, il faut aussi se venger de Lupa-Lupin, coupable d'un terrible meurtre et qui représente en fait notre ennemi juré, mais c'est une partie du complot qui est si peu soignée et qui se résout avec tellement de rapidité et de soin qu'il ne vaut même pas la peine d'en parler. Aussi toute l'histoire est racontée par une seule personne, à la seule exclusion des voix de notre conscience. En fait, les animaux font des bruits, des grognements qui dans certains cas m'ont rappelé le professeur Strambic de Luigi's Mansion. Le narrateur italien est Gianni Quillico dont l'accent et la façon de raconter, personnellement, et je souligne personnellement, je n'ai pas beaucoup aimé. Cela semblait donner à tout un ton et une atmosphère trop enfantins et je me suis concentré sur le récit anglais, que je trouvais plus approprié et piquant. Un choix assez particulier que j'ai vite commencé à apprécier, il semble jouer dans une fable dramatique.

Mais n'oublions pas notre objectif principal, nous devons arrêter les mangeurs du monde. Et dans cette tâche, nos vieux amis d'enfance sont d'une grande aide, aux prises avec la construction d'une série d'équipements, tels que mechs ou sous-marins, nécessaire pour lutter contre ces bêtes. Encore une fois, nous avons une structure de mission très similaire. Il faut d'abord chercher des pièces pour compléter le véhicule, puis il faut aller chercher des munitions. Après avoir terminé, nous pouvons l'utiliser pour traverser une région du monde qui était auparavant impossible à parcourir et entrer en collision avec le boss du jour. Les combats contre les Mangiamondo, par contre, sont très scéniques et je les ai beaucoup appréciés. Rien de trop complexe ou de frustrant, remarquez, mais ils font bien leur travail même si ce sentiment constant de toujours être entre les mains d'un jeu difficile, pas trop raffiné. En plus de la mission principale, une infinité de missions secondaires, tout basé sur la collecte d'objets ou la résolution d'énigmes, jamais trop complexe. Ils n'ajoutent pratiquement rien à l'histoire ou fournissent des détails supplémentaires, ce sont de simples quêtes de récupération mais, malgré tout, j'ai aimé me promener dans ce monde. Je ne sais pas pourquoi, peut-être l'ambiance, les couleurs ou un mélange de tout, mais le jeu m'a vraiment captivé.

Biomutant
La lumière est très bien utilisée, ça donne une super ambiance

Pour faire grandir notre animal de compagnie, ainsi qu'un classique système à plusieurs niveaux ce qui vous permet d'augmenter l'une des fonctionnalités de base, ils y pensent mutations e avantages. Évolutif grâce à des objets disséminés dans le monde, les mutations sont comme des superpuissances qui vous permettent de lancer le feu, de léviter, de jeter la foudre ou de vomir de l'acide, afin que vous puissiez plus facilement vaincre vos ennemis les avantages sont essentiellement des bonus passifs qui augmentent les dégâts, la défense et plus encore. À cela s'ajoute la possibilité d'apprendre de nouveaux mouvements spéciaux pour chaque type d'arme du jeu, même si ce n'est rien de très gros, juste quelques attaques par arme.

Le système de combat, en revanche, est assez varié. Il existe différents types d'armes de mêlée et d'armes à feu ainsi que le combat au corps à corps, offrant la possibilité de mélanger ce que nous avons à disposition afin de créer notre propre style de combat personnel. Par exemple, j'ai utilisé une arme à impact à une main et deux pistolets, ayant toujours tendance à préférer ce dernier alors que dans la deuxième manche j'ai décidé de tout jeter dans le corps à corps. De plus, en appuyant sur la bonne série de touches en séquence, nous pouvons effectuer des mouvements spéciaux. En concaténant trois différents, nous entrons dans l'état de Super Wung-Fu, avec un ralentissement dans le temps, une super vitesse et beaucoup de dégâts pour tout le monde. Encore une fois, comme vous l'avez déjà lu dans d'autres paragraphes, j'ai toujours remarqué comment tout était dans un état plutôt brut. Les tirs n'ont aucun poids, vous ne ressentez aucunement l'impact d'une arme et il m'est parfois arrivé que la série de touches sur lesquelles appuyer pour activer l'attaque spéciale ne fonctionnait pas.

L'un des éléments les plus intéressants du titre est l'excellente possibilité de personnaliser les armes et armures. Obtenir les bonnes pièces à travers le monde nous pouvons juste construire des armes à partir de zéro, rassemblant les pièces que nous aimons le plus et obtenant ainsi une énorme quantité d'armes différenciées par type, dégâts, élément et bonus. Quant aux pièces d'armure, on peut greffer des accessoires supplémentaires qui, même dans ce cas, donnent des bonus différents. Sans parler de la conception du personnage et de l'ennemi, que j'ai trouvé tout simplement délicieux et qui m'a captivé. J'ai terminé la première course en environ douze heures, sans pour autant faire de missions secondaires et, essentiellement, avancer uniquement et uniquement le long de la principale.

Ce n'est pas si génial si l'on considère le paysage du monde ouvert avec des éléments de RPG, cependant, contrairement à de nombreux autres jeux similaires, Je ne m'ennuyais pas. L'élimination de la conquête continue des avant-postes a probablement eu un effet positif sur moi et les missions principales, même si elles sont similaires les unes aux autres, vous emmènent toujours dans des domaines extrêmement différents et que J'ai aimé explorer. Considérez également que le jeu vous pousse souvent à faire des missions secondaires, parmi lesquelles les plus importantes sont celles dédiées aux combinaisons défensives. Certaines parties du monde sont en effet corrompues et peuvent infliger divers statuts négatifs, comme la chaleur, le froid, le poison, la radioactivité ou simplement un manque d'oxygène. Après avoir essayé un de ces malus pour la première fois, la mission relative à la combinaison de protection apparaît automatiquement, une pour chaque élément, nécessaire à explorer en toute tranquillité. Dans ma deuxième manche actuelle, connaissant déjà le jeu, me consacrant un peu plus à l'exploration et au secondaire, c'est environ 45 heures de jeu et j'ai encore des choses à faire.

Biomutant
Je suis effrayant, non?

J'ai été sincèrement désolé de voir le manque d'incisivité qui imprègne la plupart des éléments de Biomutant, ainsi que l'histoire et les erreurs parfois grossières. Par exemple, après avoir terminé le jeu, nous pouvons commencer un nouveau jeu + maintenir le niveau et l'équipement. Le problème est que, même si le niveau est maintenu, les statistiques sont réinitialisées, nous ramenant effectivement au niveau 1, et Karma ne se réinitialise tout simplement pas. Chaque action, pendant Biomutant, rapporte des points d'un côté ou de l'autre, donc si lors de la première partie vous avez joué aussi bien, vous démarrez automatiquement la seconde aussi bien, même si vous choisissez d'aider la tribu la plus méchante. L'absence d'une encyclopédie ou d'un bestiaire est également très regrettable, il aurait été intéressant d'en savoir plus sur les ennemis, les races et leurs origines, remontant peut-être à l'ère pré-pollution. C'est simplement un jeu qui reste moyen composée d'une équipe d'une vingtaine de personnes qui, au total, cependant, ils ont trouvé un titre essentiellement sans problèmes.

Tout se passe bien, je n'ai pas trouvé de bugs sérieux, seulement un petit quelque chose de mineur qui peut être résolu en rechargeant la dernière sauvegarde. J'ai pratiquement réglé tous les paramètres disponibles sur une qualité maximale, en faisant toujours le tour du 70/80 ips à une résolution de 2560 × 1080, sans bégaiement et sans aucune sorte de ralentissement. Le gameplay est agréable et semble être une excellente base pour un futur deuxième chapitre. La chose qui me fait peur, dans ce cas, c'est de voir tout le battage médiatique incroyable qui monte autour de Biomutant même si, dans ce cas, la maison de logiciels et le département marketing ont été extrêmement clairs et transparents dans leur communication et je ne le fais pas. comprendre comment certaines personnes s'attendent à un titre qui change la donne quand, fondamentalement, c'est un jeu sans prétention, simple et surtout amusant. Et les titres de ce type sont les bienvenus!

Remarque - Le jeu a été réalisé sur la configuration suivante:

  • Carte mère - Gigabyte Z390 AORUS PRO 
  • Processeur - Intel Core Intel Core i7-9700K
  • RAM - 16 Go de mémoire DDR4 2133 MHz Corsair Vengeance
  • Alimentation - EVGA 650GQ 80+ Gold
  • GPU - Gigabyte G1 2080 8 Go
  • Dissipateur thermique - Noctua nuh-d14
  • SSD - Samsung 256 Go