Allons parler de la Scandale Activision Blizzard. Ces derniers jours, la société américaine avait déposé une demande de tout suspendre, suite à quelques problèmes d'intérêt entre les DFHE, le département californien qui a ouvert le premier l'enquête pour harcèlement et maltraitance et que nous avons déjà couvert l'été dernier, et entre EEOC, la Commission pour l'égalité des chances du Congrès des États-Unis.

Activision BlizzardPour tout résumer en un mot, également l'EEOC du Congrès des États-Unis avait déposé une plainte contre Activision et qui a été immédiatement bloquée par cette dernière via le paiement d'une pénalité 18 millions de dollars pour indemniser les victimes de mauvais traitements. Suite à cela est venue une réponse de la DFEH, qui a défini l'ensemble de l'opération comme « Nuisible à leur procès ». L'histoire a fait ressortir un détail conflit d'intérêt entre les deux parties, l'EEOC accusant le DFHE d'avoir utilisé certains des avocats du Congrès pour soutenir leurs premières enquêtes.

Et c'est précisément à ce sujet offense morale qu'Activision a fondé sa demande de suspension. Malheureusement pour eux, le juge du tribunal Timothée Patrick Dillon il ne voulait pas vraiment le savoir e refusé la demande, sans toutefois justifier son choix au moment de la rédaction de cet article. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'Activision n'utilisera pas cette petite faille pour se défendre lors des prochaines étapes du procès.