La roue du temps c'est une de ces séries fantastiques où lorsque vous rencontrez quelqu'un qui prétend avoir tout lu, vous n'y croyez pas. Quatorze livres, deux auteurs et cinq préquelles en font une œuvre colossale. C'est un défi de finir de lire cette saga, sans parler d'essayer de l'adapter.

Amazon a voulu essayer et a commencé à produire cette série avec toutes les chances contre. Même en ignorant les dimensions exagérées du matériau d'origine, l'œuvre a été réalisée entièrement en période de Covid, une circonstance qui a considérablement augmenté les difficultés.

En ce qui concerne les séries fantastiques, le spectre de Game of Thrones plane sur chaque production et La Roue du temps ne fait pas exception. La comparaison avec Game of Thrones, surtout sur le plan technique cependant, c'est à faire avec référence aux dernières saisons, ceux avec des dragons géants, des batailles avec d'énormes armées et des explosions.

Il n'y avait donc pas de grands locaux, mais sans crainte ni exigences particulières, Amazon essaie et dans les trois premiers épisodes que j'ai pu regarder, pose une excellente base pour la suite de la série. Il y a quelques faux pas, même évitables, mais rien qui compromet le tableau général.

Une histoire de course

Le point fort de la Roue du Temps est le monde. Un décor fantaisiste peut-être un peu cliché en apparence, mais qui s'approfondit dès les premiers pas. Pour cela c'est "Explique le" au début du premier épisode, cela peut être effrayant. Il y a un risque de passer la moitié de chaque épisode avec un personnage aléatoire qui explique qui sont les Aes Sedai, ce que font les White Manties, parce que The Dark One a un nom tellement prévisible. Mais heureusement cette circonstance ne se répète pas, et la série plonge immédiatement dans l'intrigue.

Le clip de la saison 1 de la roue du temps révèle que Moiraine et Lan font une entrée
Rosamund PIke comme l'enchanteresse Moiraine

L'histoire tourne autour du rechercher le "Dragon Reborn", l'élu de cette histoire, par la puissante enchanteresse Moiraine. Sa mission est de le trouver avant que le Ténébreux ne le fasse (L'ombre? L'ombre! L'ombre ...), une entité maléfique qui plane sur tout le déroulement de l'histoire.

Son regard tombe sur quatre jeunes hommes d'un village de montagne reculé, Perrin, Mat, Egwene et Rand. Les circonstances l'empêchent d'identifier qui parmi eux est l'élu, et donc les quatre partent ensemble pour la voûte de la Tour Blanche, qui abrite les Aes Sedai, l'organisation d'enchanteresses à laquelle appartient Moiraine.

A partir de ce moment, l'histoire commence à courir. Chaque scène, à de rares exceptions près, a un rythme effréné, avec des dangers constants et jamais de répit. Le développement des personnages en souffre, qui après trois épisodes et d'innombrables vicissitudes sont toujours les mêmes qu'au début.

Le casting secondaire est bien caractérisé et reconnaissable, presque plus que les quatre protagonistes, qui peinent à se démarquer. Les dialogues, souvent fades et peu incisifs, ils ne les aident pas à faire ressortir leur personnalité propre, qui reste floue dans la succession frénétique des fuites et des affrontements.

Tout est très joli cependant...

Visuellement, la série est extraordinaire presque tout le temps. Les points de vue croisés par nos protagonistes sont magnifiques. Les costumes aident à la fois à encadrer les personnages et à donner le ton de la série, sans jamais tomber dans le carnaval, toujours un vrai risque dans les adaptations fantastiques.

La Roue du Temps 'Trailer: Rosamund Pike Journeys Around the World - Variety
Les protagonistes de la série

Cependant, il y a une certaine insouciance ce qui ne peut être que partiellement excusé pour les difficultés de production dues au Covid. Dans les premières minutes du premier épisode, un plan est répété deux fois à l'identique, à vingt secondes d'intervalle. Une erreur d'inattention qui ne peut être tolérée par une production millionnaire et que j'ai remarquée répétée plus tard avec quelques fragments d'audio.

Les effets visuels sont pour le moins fluctuants. Parfois ils sont parfaits, comme la magie de Moiraine, parfois ils vacillent comme dans le cas des maléfiques Trollocs, parfois ils expirent inexplicablement, comme dans le cas des bâtiments de la ville de Shadar Logoth.

La roue du temps vient de commencer à tourner

Pour apprécier le début de cette série il faut oublier le contexte d'où nous venons dans le domaine de la fantasy. Non Seigneur des Anneaux, mais surtout, pas de Game of Thrones en tête à l'approche de la Roue du Temps.

C'est difficile, c'est vrai, mais ce n'est pas non plus juste de comparer chaque produit fantastique avec le film qui a remporté le plus d'Oscars de l'histoire, ou avec la série télévisée qui a changé le marché à jamais, pour le meilleur ou pour le pire.

Avec ses défauts, ces trois premières heures constituent une bonne base pour une série de divertissements passionnants et ambitieux, qu'il n'y a pas de limite à l'endroit où il pourrait aller. La Roue du temps a le potentiel d'être une grande adaptation des premiers chapitres de la saga, si le public et la production lui donnent le bon souffle.

L'avantage qu'il a sur d'autres productions colossales est l'absence relative de battage médiatique auprès du grand public. Avec Amazon concentré sur son autre aventure fantastique, Le Seigneur des Anneaux, cette série a le luxe de pouvoir surprendre et être regardé jusqu'au bout sans risquer de décevoir de grandes attentes.

Les trois premiers épisodes de la Roue du temps ils sont déjà disponible sur Amazon Prime Video. La première saison en contient huit au total, qui sortiront tous les vendredis à partir du 26 novembre.